La VIPlaylist #9 Alter-K

alter-k roster catalogue label paris

Quand nous avons eu l’idée avec Zoé de lancer la VIPlaylist, nous avons imaginé interviewer des artistes pour leur faire parler de mode et de musique, mais pas uniquement. Je suis très heureux de vous présenter aujourd’hui Alter-K, label basé à Paris qui, au delà de ses activités de label (production, distribution) est également un éditeur de musique, qui fait de la synchro / musique à l’image. Quand vous regardez la TV, quand vous allez au cinéma, voyez des reportages ou des pubs, c’est ces gens là qui sont chargés de mettre de la musique sur l’image. Des hommes de l’ombre dont le métier est souvent méconnu mais pourtant crucial pour parfaire l’émotion que peut véhiculer le cinéma & la télévision. Un métier et un label que vous allez découvrir.

Interview Olivier Rigout, directeur artistique Alter-K

 

portrait olivier rigout directeur artistique alter-k parislogo alter k seriously eric compilation label pop paris

Alter K bonjour. Sur votre site il est marqué : Publishing – Music Supervision. Pouvez nous vous expliquer en quoi consiste votre travail ?

Bonjour, nous sommes quatre personnes chez Alter-K, qui est une petite structure indépendante: nous nous définissons comme une épicerie fine. Nous ne sommes ni Auchan, ni Nicolas. Nous sommes un éditeur et label spécialisé en synchro et supervision musicale. Notre travail c’est de connaître par coeur (en termes artistiques et juridique) les ayants droit que nous représentons et parallèlement à ça développer un réseau de clients et l’entretenir (connaître leurs gouts, leurs besoins, leurs problématiques). Bref il y a beaucoup d’humain, de relationnel, de conseil. Notre catalogue va de la ‘world’ vintage sénégalaise de Teranga Beat au hip-hop cinématographique de Wax Tailor, en passant par la folk américaine d’Emily Jane White, ou le blues rock du portugais Legendary Tigerman, ou le pionnier de l’électronique française, Bernard Fevre aka Black Devil Disco Club. Nous sommes avant tout des fans de musique au sens large, et pour les besoins de nos clients nous nous devons d’être éclectiques.

 

Avec quelles marques, notamment de prêt à porter, travaillez vous  ?

Nous travaillons beaucoup avec le luxe et le prêt à porter, par exemple, Hermes, Chanel, Dior, Givenchy, Chantelle, Comptoir des Cotonniers, mais aussi avec Garance Doré ou les bijoux Van Cleef & Arpels ou Marie Claire. Nous sommes très fier de notre récente collaboration avec Façonnable pour leur collection automne-hiver 2014, basée sur le clip événement de Kid Francescoli.

Selon vous, quelle est l’apport d’une musique pour l’image de la marque ?

La musique fait partie de la direction artistique globale d’une marque. Tout a son importance pour se différencier, être unique, marquer les esprits, renforcer une idée, suggérer une émotion, accompagner une idée. C’est une composante importante, surtout maintenant ou tout passe par l’audio-visuel et le multimedia. Audio-visuel et multimedia sont des termes qui existent depuis des décennies mais il y a encore beaucoup de pédagogie pour expliquer en quoi la musique ce n’est pas juste des notes ou une ‘plage musicale pour ambiancer’. Si les films d’Hitchcock, les pubs de Levis, les défilés Yves-Saint Laurent, ou le jeu video GTA touchent autant de gens, c’est parce que le soucis du détail est apporté à chaque niveau, et notamment à la musique. Nous sommes par exemples fiers du résultat pour cette video dirigée par James Franco pour la marque Seven for All Mankind, avec la musique de Selebrities. Pour faire un plat parfait, il faut la bonne recette, les bons ingrédients, un peu de malice et de chance.

Comment la choisissez vous ? Selon quels critères ?

Nous prenons en compte deux types de paramètres différents : Le premier est d’ordre technique : quel temps nous est imparti pour répondre à la demande, quel budget est alloué, quels sont les droits demandés (territoires, media, durée…). Le second est d’ordre artistique: quel rôle doit jouer la musique, est ce le personnage principal ou un second rôle, faut-il que le morceau soit connu ou pas, est-ce que ça doit être une création originale, un arrangement d’un morceau pre-existant… Il faut être au service de l’image, du film, de la marque. L’idée ce n’est pas de faire un clip, c’est d’avoir un résultat où tout s’équilibre.

Plus personnellement, quel est ton rapport à la mode, aux vêtements ?

Je suis plutôt casual mais cintrés. Il faut que je me sente à l’aise. J’aime bien les pantalons chino slims assez sobres et chic qu’on peut mettre avec des mocassins Sebago ou des tennis Springcourt. Idem pour le haut avec une chemise blanche ou un sweat à capuche. J’aime bien le côté caméléon. Sinon pour revenir à la musique j’adore les artistes avec des fringues à part: le pantalon en plastique de Jon Spencer, la combinaison cosmique d’Afrika Bambaataa, les costards dorés de Chain & the Gang, les robes Andrea Crews pour Kumisolo…

alter-k-olivier-rigout

Quel est ton accessoire de mode fétiche ?

Mon ceinturon Levi’s, acheté par mon père aux Etats-Unis fin 70. Un peu cowboy mais super cool.

Une paire de chaussure ? Les plus confortables : mes Hummel. Sinon beaucoup de Schmoove et Springcourt, plus habillées.

Pour toi, à quoi ressemble une chic fille ? Simple et funky. Mais surtout souriante.

Comment définirais-tu le « Chic à la française » ? Près du corps mais à l’aise, classique mais une petite touche de fantaisie.

Peux tu nous conseiller une bonne boutique fringues à Paris ? J’achète la plupart de mes fringues à l’étranger en fait… à Paris je me concentre sur Zara/Uniqlo. Sinon j’ai quelques fringues APC ou des fripes.

Un bon resto ? Takara, le plus vieux Japonais de Paris. C’est vraiment unique.

Un lieu pour faire la fête – danser ? Je vais plutôt à des concerts, mais sinon les soirées à la Java sont assez décontractées et dévergondées. j’ai par exemple vu Daniele Baldelli mixer là bas.

Votre dernière sortie : Plaisir de France. Peux tu nous en dire quelques mots ?

Julien est un producteur et remixeur vraiment unique : il se re-approprie les morceaux comme personne. Il a justement ce côté chic à la française: universel mais avec un brin de folie. Son travail s’apparente à du stylisme: il prend ses ciseaux et son fil à coudre pour confectionner du sur mesure. ‘Etat des lieux’ qui sort le 16/06 est son premier album officiel sous son propre nom de producteur. C’est plus qu’une compilation de remixes car c’est un voyage unique du début à la fin: impossible de savoir ce qui est d’origine ou rajouté, ce qui est de 1984 ou de 2014. On y retrouve ses remixes et re-edits des tubes de Mikado ou Etienne Daho, mais aussi des exclusivités pour We Are Enfant Terrible, Daprinski ou Jolie Chèrie feat. Valli (la chanteuse de Chagrin d’Amour désormais animatrice radio sur France Inter).

pochette plaisir de france etat des lieux alter k compilation labeljulien plaisir de france compilation alter-k barque

La VIPplaylist d’Olivier Rigout

Secret Colours ‘Into You’, un petit côté Madchester 90s vs le psychédélisme US 60s, mais version 2014

L’Impératrice feat. Isaac Delusion ‘Le Baron Rouge’, parfait pour boire des caiporoska cet été.

Petite Meller ‘Backpack’, magnifique clip et chanson super sucrée. A Part.

Oh Tiger Mountain ‘New Religion’, un mélange entre la french riviera de Kid Francescoli et le psychédélisme west coast américain.

Kast ‘Like a Ghost’, très romantique et cinématographique. Un vrai travail d’orfèvrerie comme j’aime, avec des surprises, des mélanges, des évolutions tout en restant dans un format pop extrêmement accessible.

allez, une 6e pour la route : La reprise/mash-up des Beastie Boys/Link Wray par the Jon Spencer Blues Explosion

1 commentaire on “La VIPlaylist #9 Alter-K

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *