Mon voyage à Bali avec Avène

Il est enfin l’heure de vous raconter l’une des plus belles expériences vécues depuis que mon blog existe : mon voyage à Bali avec la marque Eau Thermale Avène. Après Tokyo en novembre, c’est la première fois que je partais si loin et ce voyage a eu une importance toute particulière pour moi. Je l’ai déjà évoqué quelques fois ici mais je souffre de phobies qui m’ont longtemps gâchée la vie et empêchée de faire certaines choses. Cela fait maintenant plusieurs mois que je travaille activement sur mes soucis et je progresse à vitesse grand V, preuve en est avec ce voyage. Je ne réfléchis plus avant de dire oui à des projets enthousiasmants par peur de ne pas être à la hauteur. Je fonce, je dis oui et je ressors de chaque expérience tellement fière de moi, c’est un vrai cercle vertueux. Je crois qu’il faut que j’écrive un article dédié à tout ça :) Qu’est-ce-que j’ai bien fait ! Ce voyage m’a chamboulée, de la meilleure manière qui soit. J’ai rencontré des gens merveilleux et je me suis prouvée plein de choses à moi même. J’en suis revenue grandie en l’espace d’une petite semaine.

Au delà de cette expérience personnelle, c’est le projet et l’engagement de la marque Avène qui m’a totalement séduite. Je suis très fière de pouvoir le relayer aujourd’hui via cet article et de pouvoir vous raconter plus en détails les actions concrètes de la marque à Bali. J’espère que mon petit récit vous plaira et que le projet retiendra toute votre attention.

C’est le 25 mars dernier que tout a commencé. Je suis partie de Lyon et j’ai retrouvé à Paris la géniale équipe avec laquelle j’allais partager cette expérience : Aurélie, Sandra et Anne-Sophie du groupe Pierre Fabre (nos petites fées qui ont travaillé d’arrache pied pour nous offrir le voyage le plus parfait du monde) ma chère Hélène de Mon blog de Fille (avec qui j’étais partie à Tokyo et que j’étais trop heureuse de retrouver), Noémi du blog Trendy Mood, Maellis du blog La Fiancée du Panda ainsi qu’une super team de journalistes et photographes (Air France Magazine, Marie Claire et Le Figaro). Sans oublier la petite cerise sur le gâteau : mon amie chérie Pauline Privez, partie depuis l’Allemagne, qui nous a retrouvé à l’aéroport de Singapour pour le deuxième vol vers Bali.

Après un très long voyage mais dans des conditions plus qu’idéales, nous sommes arrivés à Bali où nous avons retrouvé les chouettes guides qui allaient nous accompagner pendant toute la semaine. Nous avons pris place dans des vans direction le nord de l’île. Il faut savoir qu’à Bali les temps de trajet sont assez longs car il y a peu de routes et beaucoup de circulation. Nous avons fait une première étape à quelques kilomètres de l’aéroport dans un restaurant (dont j’ai oublié le nom) bordant la mer et une jolie plage de sable blanc (l’une des seules de Bali puisque cette une île volcanique avec un sable foncé en grande majorité). Nous avons fait une seconde étape dans l’un des temples les plus emblématique de Bali au bord d’un lac : le temple Pura Ulun Danu Bratan. Une pause bien agréable pour se dégourdir les jambes et tenter de lutter contre le décalage horaire.

Après quelques heures de route supplémentaires nous sommes arrivés au nord de Bali, au sein du Menjangan Dynasty Resort à proximité du lieu où nous allions découvrir le projet d’Avène. Il faisait nuit mais tout laissait présager un spectacle incroyable à la lumière du jour. Nous avons tous pris place dans nos magnifiques tentes/bungalow avant de nous retrouver pour diner, en tentant tant bien que mal de reprendre figure humaine après ce périple de plus de 24h ! Le comble c’est que malgré la fatigue, je me suis endormie assez tard, comme tous les autres jours de la semaine où je n’ai dormi que deux heures par nuit en moyenne ! Le décalage horaire me réussit moins bien dans ce sens mais j’étais tellement heureuse et excitée d’être à Bali que je suis restée en pleine forme pendant tout le séjour.

Le lendemain matin, le spectacle était comme prévu au rendez-vous avec une vue folle sur la mer. Après un délicieux petit-déjeuner (le restaurant du resort est génial) nous nous sommes rendus en bateau sur l’ile de Menjangan, petite île sacrée inhabituée, sauf par les cerfs, qui abrite le temple de Pura Taman Kelenting Sari et son immense statue de Ganesh. Après la visite du temple, il était l’heure de se jeter à l’eau équipées de nos masques, tubas et palmes. Ma première expérience de snorkelling ! J’ai ADORÉ ! La baie de Menjangan offre des fonds marins incroyables. C’est la première fois de ma vie que je voyais un tel spectacle et je dois dire que c’était particulièrement émouvant. Des étoiles de mer bleu électriques, des poissons multicolores mais aussi… de nombreux coraux détruits :(

© Pauline Privez

Cette « plongée » visait à nous faire prendre conscience de l’état des coraux tropicaux dans cette région de Bali. Le constat des 30 dernière années est alarmant puisque 30% des coraux ont disparus. Les causes principales ? Le réchauffement climatique, la pêche à la dynamite et au cyanure, la pollution et plus récemment le phénomène climatique El Niño. 

C’est face à ce constat alarmant que la marque Avène a décidé de s’engager depuis maintenant deux ans. La première action importante a été la reformulation de toute la gamme de soins solaires afin de réduire leur impact sur l’environnement. Cette démarche s’inscrit au travers du programme Skin Protect Ocean Respect lancé en 2016. Les Laboratoires Dermatologiques Avène ont souhaité réduire au maximum leur impact sur l’environnement via des solaires engagés, tout en maintenant un niveau de protection de très haut niveau pour la peau. Cela passe notamment par une réduction du nombre de filtres solaires (4 seulement contre 5 à 9 pour les solaires classiques), une absence de filtre hydrosoluble facilement assimilable par les organismes marins et une absence de silicones (difficilement biodégradables). Cela n’impacte pas la protection de la peau car les formules contiennent un système filtrant breveté qui assure une très large couverture UVB-UVA, ainsi qu’un puissant antioxydant. Sans oublier l’indispensable eau thermale Avène aux nombreuses propriétés (apaisante, anti-irritante et adoucissante). Un travail sur les packaging a été également fait afin de réduire considérablement le plastique utilisé.

Afin d’aller plus loin dans son engagement, Avène a souhaité mettre en plus une action encore plus poussée. Sur le terrain cette fois-ci, dans le triangle du corail d’Indonésie via le projet nommé Pejarakan, raison de notre venue à Bali. Sa mission : intervenir localement pour préserver et restaurer les récifs coralliens à l’agonie. Le projet est orchestré par l’entreprise sociale PUR Projet qui aide les entreprises à rétablir un équilibre avec l’écosystème dont elles dépendent en s’engageant dans des projets socio-économiques et environnementaux (c’est ce qu’on appelle le système de l’insetting). Sur place, c’est la communauté Pokmasta, composé d’une soixantaine de villageois locaux, qui mène toutes les actions. L’enjeu est très important pour eux car ce village de fermiers et de pêcheurs, dépend énormément des ressources naturelles. Les villageois sont déterminés à conserver et restaurer les écosystèmes marins mais aussi côtiers et terrestres tout en valorisant l’activité éco-touristique. Chaque membre de l’équipe a été formé à la construction des structures, ainsi qu’à l’entretien et au monitoring des récifs coralliens.

Danu (et ses jolies bagues) chef de la communauté Pokmasta 

Nous avons pu découvrir le travail de la communauté le lendemain de notre première session snorkelling en compagnie du fondateur de Pur Projet au parcours incroyable, Tristan Lecomte, ainsi que d’Emilia d’Avack, chef de projet Europe et spécialiste en biologie marine. Ce fut véritablement passionnant d’en apprendre plus et de voir le fonctionnement et la construction du récif artificiel. L’équipe Pokmasta construit des armatures en métalliques sur lesquelles sont transplantées des fragments de coraux en bonne santé (afin éviter toute contamination). Ils sont collectés puis très rapidement attachés aux structures (un corail ne peut survivre que quelques heures hors de l’eau). Nous nous sommes même prêtés à l’exercice :)

La construction des structures métalliques

Les structures métalliques sont ensuite déposées entre 3 et 7 mètres de profondeur, sur un hectare à 200m des côtes. Une partie du récif artificiel utilise la technologie BIOROCK qui consiste à passer un faible courant électrique au travers des structures. Cela favorise l’accumulation des minéraux via un dépôt qui favorise la croissance des coraux.

Depuis le lancement du projet Pejarakan, on constate à fin 2017, un retour de la faune marine, plus de 2000 des coraux replantés (avec un taux de survie de 97%) ce qui est plus qu’encourageant pour les équipes.

Nous avons eu la chance de faire une deuxième session snorkelling au dessus du récif artificiel afin de pouvoir comparer avec le récif détruit de la vieille. L’eau était malheureusement beaucoup plus trouble à cause du vent mais nous avons pu apercevoir les structures immergées. Ma Pauline a réussi à faire de très jolis clichés.

Photos sous l’eau © Pauline Privez

Il faut savoir que le projet Pejarakan ne s’arrête pas qu’aux coraux car d’autres membres de la communauté sont chargés de replanter la mangrove pour endiguer l’avancée de la mer. Cet écosystème est aussi très important car ils stabilisent les côtes et abritent de nombreuses espèces. La communauté s’engage également sur la gestion des déchets plastiques (un énorme soucis en Indonesie).

Si vous avez la chance de passer à Pejarakan, je vous recommande vivement de faire une sortie snorkelling et pourquoi pas de parrainer un corail par la même occasion :) Et si vous le pouvez, le Menjangan Dynasty Resort est idéalement placé car tout est à proximité. Mention spéciale le massage balinais avec une vue incroyable sur la baie qui abrite le récif corallien.

Après ces deux jours incroyables, nous avons quitté le nord Bali pour rejoindre Ubud en Jeep où nous avons passé la fin de notre séjour autour d’activités plus touristiques. La route fut un peu longue mais TELLEMENT belle ! Cette île dégage quelque chose d’indescriptible mais très très fort… La gentillesse, le « penser positif » et la bienveillance des balinais y font beaucoup. Leurs sourires aussi… Même au volant, malgré le trafic très dense le calme et la courtoisie priment. Prenons en de la graine…

MANDAPA, A RITZ CARLTON RESERVE

Le Mandapa à Ubud est l’hotel le plus incroyable que j’ai pu voir dans ma vie, je ne m’en suis toujours pas remise. Le cadre est absolument incroyable bordé de végétations et de rizières et il s’étend tout en hauteur. Le lobby se situe tout en haut (la vue est époustouflante) et il faut monter à bord de petites golfettes pour retrouver sa chambre/suite en contrebas. Les chambres sont gigantesques (vous pouvez retrouver ma petite visite en video dans ma story épinglée « Bali » sur instagram) et il me semble qu’il est également possible de louer de petites villas privatives. C’est apparemment un endroit très prisé pour les lunes de miel et on comprend pourquoi :) La situation est idéale car à proximité du centre d’Ubud. J’espère vraiment y retourner un jour ! Plus d’informations ici

LES RESTAURANTS

Qu’est-ce -u’on a bien mangé ! Je me suis régalée du début à la fin du séjour. Tout est frais, léger, équilibré. Le climat de l’île permet aux balinais de tout cultiver et ça ressent dans les assiettes. Voici notamment deux restaurants que je vous recommande vivement à Ubud  : le restaurant Mozaic et le restaurant Sayan House.

SACRED MONKEY FOREST SANCTUARY

Un lieu très touristique mais incontournable dans le centre d’Ubud sauf pour les phobiques des singes haha. Je m’attendais naïvement à une forêt un peu excentrée et sauvage donc grosse surprise en arrivant à l’entrée où l’on retire les billets car ce n’est pas du tout le cas ! Mais une fois à l’intérieur on s’y croirait presque. Les singes ont complètement pris possession du lieu pour le plus grand plaisir des touristes. C’est assez amusant de les observer, ils nous ressemblent tellement, ça en est presque perturbant par moment ! Il est fortement déconseillé de rentrer avec de la nourriture dans son sac, même fermé. Outre les bananes que l’on peut leur donner, ils volent et peuvent très agressifs (et on les comprend…). Cette mini forêt compte de très beaux et vieux arbres sacrés appelés « banians » aux épaisses lianes qui jonchent le sol. Il y a également de nombreuses statues hindoues sur pierre à observer.

TEMPLE DE TIRTA EMPUL

Magnifique temple hindoue très connu à Bali pour ses sources saintes et ses bains pour le rituel de purification. Nous avons visité le temple au moment où se tenait une procession, c’était chouette à voir ! Comme nous l’a expliqué notre guide Budi, la cérémonie de purification est ouverte à toutes les personnes croyantes, peu importe leurs religions.


C’est ainsi que mon petit récit balinais s’achève, je vous laisse avec la suite de mes photos qui ne sont malheureusement pas à la hauteur de ce que j’aurais aimé faire. J’ai eu la mauvaise idée de partir avec un appareil hybride, plus léger, que je n’avais pas testé avant, grossière erreur… !

Si jamais vous cherchez un super guide balinais, adorable et qui parle très bien français, pensez à Budi (envoyez moi un mail pour le contact).

Un énorme merci aux personnes qui ont rendu ce voyage possible et à toutes celles rencontrées pendant ce séjour et qui ont fortement contribuées à mon #baliblues… <3 

*Article rédigé dans le cadre de ma collaboration rémunérée avec Avène

Dans ma jolie tente du Menjangan Dynasty Resort. Fan des tonalités et des matériaux naturels utilisés.

La culture du riz. Un moment hors du temps où nous avons pu déjeuner dans un cadre absolument somptueux.

Bali et ses balançoires toutes plus incroyables. Bravo à Anne-Sophie qui a affronté le vide pour les photos :) C’est une activité très à la mode chez les touristes car cela donne de superbes photos. Il faut généralement compter entre 20 et 40 euros par personne selon les balançoires.

Notre hôte sur l’île de Menjangan, vous comprenez pourquoi on l’appelle « l’île au cerf » :)

Les tentes du Menjangan Dynasty Resort vues de l’extérieur. Chacune est dotée d’une terrasse privative surplombant la baie.

Les fruits et les petits déjeuner colorés balinais

La vue depuis la cabine de massage face au récif corallien… 

Un jour je vous parlerai de ma passion pour les café latte glacés ;p

La vue depuis ma tente. Elles peuvent être entièrement ouvertes sur l’extérieur la journée 

La mignonnerie absolue de la maman singe et son bébé 

La beauté du salon de mon immense chambre au Mandapa 

Oiseau de paradis 

Les fleurs de tiaré très présentes à Bali <3 

Vous connaissez mon amour pour les toutous… Je n’ai pas pu rester insensible à tous les chiens sauvages qui peuplent l’île. Il y en a partout, on les croise le plus souvent juste au bord des routes. J’aurais aimé tous les adopter… :(

Dewi Sri, la déesse de la fertilité et du riz

Vous aimerez

9 commentaires sur “Mon voyage à Bali avec Avène

  1. Bali est vraiment un endroit magique.
    J’y suis allée il y a 3 ans et mon cœur est définitivement resté là-bas. Merci pour cet article qui m’a rappelé de beaux souvenirs !

  2. Super bel article, pour avoir vécu 6 mois à Bali pour un stage dans un Hotel, je trouve que tu en fais un très joli résumé. C’est une île qui prend au coeur, qui fascine et qui emeu par sa beauté et le charme de ses habitants. Ils y a tellement de belles choses à découvrir !
    Jai eu la chance de visiter lhotel Ritz Carlton Mandapa juste avant son ouverture et c’est une pure beauté, il se fond parfaitement avec le paysage d’ubud, la petite rivière en bas est magnifique et les suites somptueuses..
    Lorsque l’on goûte à Bali on n’a de cesse que d’y retourner :)
    Tu n’as pas besoin d’une assistante par hasard dans ton merveilleux travail ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *